Actions de sensibilisation

Eau et changements climatiques : où en est-on sur le bassin versant de la Durance ?

Le 22 juin, FNE 04 a proposé aux élus et techniciens des communes du bassin versant de la Bléone une session sur la gestion de l’eau dans les conditions des changements climatiques avec un focus sur le bassin versant de la Durance.

Le programme a été dense avec l’intervention d’Yves Bidet du Groupe régional d’experts climat en Provence-Alpes-Côte d’Azur (GREC-SUD), d’Eric Sauquet de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE), la présentation fournie par Patrick Grillas de la Tour du Valat et l’intervention de Pierre Gottardi de FNE 04. La sortie sur le terrain prévue dans l’après-midi n’a pas pu être maintenue, mais FNE 04 a échangé avec Mathieu Bichat de Provence Alpes Agglomération (PAA) pour intégrer son retour très intéressant sur la gestion de l’eau potable par PAA dans le compte rendu de cette journée.

Constat : changements climatiques observés au XXème siècle dans la région

Yves Bidet a ouvert la journée avec une présentation de la ressource en eau actuelle dans la région Sud et les effets du changement climatique sur la ressource en eau dans la zone de montagne. Il a également parlé des cahiers thématiques du GREC-SUD : ce sont des publications thématiques qui présentent les connaissances et les principaux résultats de la recherche sous forme synthétique. Yves Bidet a fait le point sur les observations passées des paramètres météorologiques comme les températures, les précipitations et l’évolution du manteau neigeux. Il a souligné que les scientifiques s’attendent à la diminution de la ressource en eau disponible qui se sentira particulièrement à partir du milieu du siècle : 20 à 30% d’eau en moins, et jusqu’à 50% d’eau en moins d’ici 2100.

Prévisions : changements climatiques sur le bassin versant de la Durance à l’horizon 2050

Eric Sauquet a fait le focus sur le bassin versant de la Durance et des prévisions des changements de températures, précipitations et enneigement à l’horizon 2050. Il a présenté les résultats des différentes études qui convergent toutes vers les mêmes conclusions : les hausses de températures à l’horizon 2050 sur le bassin versant de la Durance, la diminution de l’enneigement en hiver, et donc la modification importante du fonctionnement des cours d’eau de montagne alimentés en grande partie par la fonte de la neige.

Impacts des changements climatiques sur la biodiversité des zones humides

Patrick Grillas n’a pas pu participer à la session mais a transmis aux participants sa présentation de l’étude réalisée par la Tour du Valat et la Maison régionale de l’eau en 2017 concernant les impacts des changements climatiques sur la biodiversité des cours d’eau et des zones humides de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Quatre grands groupes d’êtres vivants ont été étudiés : la flore, les odonates, les amphibiens et les oiseaux nicheurs. Malgré le manque regrettable de données sur le fonctionnement des différentes zones humides et d’observations naturalistes, cette étude montre que les impacts des changements climatiques sur la biodiversité vont se rajouter au constat de l’érosion de la biodiversité. Les zones humides des bordures des cours d’eau et les plaines alluviales de notre région ont majoritairement une forte vulnérabilité face aux changements climatiques.

Des solutions ?

Face à ces constats, les actions sont indispensables sur les bassins versants actuellement en équilibre (comme celui de la Bléone) mais surtout sur les bassins versant déficitaires (comme celui de l’Asse ou le sous-bassin versant des Duyes). Ces actions passent avant tout par :

  • Des mesures pour retenir l’eau dans les territoires à travers la désimperméabilisation des sols ? Les documents d’urbanisme comme des PLU(i) et des SCOT sont des outils importants à travers lesquels les élus peuvent agir.
  • La réduction de la consommation d’eau par toutes les activités humaines. Il s’agit ici de la réduction du gaspillage d’eau, mais également de la réflexion sur les quantités d’eau réellement nécessaires pour les différentes activités et de l’adaptation des pratiques en privilégiant des pratiques moins gourmandes en eau.
  • La restauration et le maintien de l’espace de bon fonctionnement des cours d’eau et des zones humides.

Pierre Gottardi a conclu la journée en soulignant l’importance de la concertation des acteurs du territoire afin de limiter les conflits (à venir) de gestion de la ressource en eau face aux effets du changement climatique dans la région.

Enfin, Mathieu Bichat a partagé avec FNE 04 le travail mené par PAA afin de détecter et réduire au maximum les fuites d’eau sur les réseaux d’eau potable. Ces mesures font parti des actions à mener pour atténuer les effets des changements climatiques sur le fonctionnement et la biodiversité des milieux aquatiques et garantir la disponibilité d’eau potable dans les années à venir pour tous les habitants de PAA.

Cet évènement a été proposé dans le cadre du Contrat de rivière Bléone et ses affluents porté par le Syndicat Mixte de l’Asse et de la Bléone (SMAB) et a été rendu possible grâce au soutien financier de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse.

Cette action fait partie du projet qui a bénéficié du soutien financier de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, à hauteur de 7 811 €.

L’agence de l’eau est un établissement public de l’Etat qui œuvre pour la protection de l’eau et des milieux. Elle perçoit des taxes sur l’eau payées par tous les usagers et les réinvestit auprès des maîtres d’ouvrages (collectivités, industriels, agriculteurs et associations) selon les priorités inscrites dans son programme « Sauvons l’eau 2019-2024 ».

Plus d’information sur www.eaurmc.fr