Actualités

La Société Forestière Suisse face à la révision de la loi sur la chasse

La votation populaire sur la révision partielle de la loi fédérale sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages a eu lieu cet automne en Suisse et a avait été refusée par les citoyens. Cette modification proposait d’alléger la régulation des grands prédateurs, tels que le lynx et le loup.

La Société Forestière Suisse, à cette occasion, avait défendue une position très intéressante sur la protection de la biodiversité, notamment forestière, et l’importance du loup.

Comme le lynx, le loup a cependant un effet indirect positif sur le rajeunissement de la forêt, notamment par la prédation et la régulation du cerf.

La Société forestière suisse considère que cette possibilité de réguler le loup n’est pas une solution viable dans la perspective d’augmenter la résistance de nos forêts face aux défis du changement climatique à long terme. Afin de renforcer sa résilience, une forêt avec différentes espèces d’arbres est nécessaire. Pour y parvenir, il est essentiel que les arbres puissent se régénérer. Les chances de croissance de certaines essences comme le sapin et le chêne sont souvent réduites en raison d’une forte pression des ongulés. Il s’agit donc entre autres de réglementer ces populations, ou même de les réduire dans de nombreux endroits. Les grands prédateurs occupent des territoires étendus et leur densité est relativement faible. Une distribution naturelle de ces espèces implique que les populations soient en relation sur de grands espaces

Le communiqué de la SFS ci-dessous :

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter leur site internet : ici