Communiqués / Avis

Forêt en crise : 21 propositions pour préserver nos forêts

À l’occasion de la mission sur l’avenir des forêts dont Madame la députée Anne-Laure Cattelot a été chargée par le Gouvernement, France Nature Environnement a été auditionnée avec Humanité et Biodiversité, le Comité français de l’UICN, Réserves naturelles de France, la LPO et le WWF le 25 février dernier. Dans la foulée de cette rencontre, nous avons rédigé ensemble un document de synthèse pour contribuer au débat. Ce rapport rassemble un constat de la situation, cinq principes guidant l’action et 21 propositions partagées par nos six organisations.

Voir le rapport

Le constat ? La France dispose d’un patrimoine forestier exceptionnel... qui fait face à une rupture majeure

Pour poser le débat, il faut déjà se rendre compte que les forêts françaises métropolitaines couvrent aujourd’hui environ 16,9 millions d’hectares, soit 31 % du territoire. Près des trois quarts de la surface des forêts métropolitaines sont des forêts privées. En Outre-mer, ce sont également plus de 9,4 millions d’hectares de forêts que comptent la France, essentiellement en Guyane (8,1 millions d’ha).

Si les forêts françaises, sont un paysage, c’est également et surtout une extrême diversité dans leurs typologies - ce que les spécialistes nomment « les biomes forestiers ». Notre pays abrite ainsi des forêts tempérées, méditerranéennes, tropicales secs et humides, sans oublier des mangroves et même une forêt boréale à Saint-Pierre-et-Miquelon. La biodiversité y est considérable. La France se révèle ainsi être l’un des rares pays du monde à avoir la responsabilité d’une telle multitude de  visages de la forêt. Seulement, cette richesse est confrontée à une situation inouïe.

En Outre-mer comme en métropole, les forêts françaises vivent une rupture majeure de tendance climatique. L’impact de ce dérèglement climatique sur les forêts prend la forme d’une succession de phénomènes accidentels de plus en plus fréquents (dépérissement, tempêtes, incendies…). Ils seront de plus en plus prégnants au cours de ce siècle.

But du rapport : proposer une vision partagée et des propositions concrètes pour l’avenir des forêts françaises

La politique forestière s’avère également être une affaire de société. Il est donc impératif de partager entre les forestiers et la société un contrat social clair, afin de faire face ensemble à ces crises climatiques à venir et à leur impact sur les territoires. C’est ce constat, les axes prioritaires et des propositions d’actions que propose notre rapport.

Notre rapport s’appuie sur 5 grands principes et 21 recommandations.

PRINCIPE 1. Assurer une gestion multifonctionnelle valorisant tous les services écologiques des forêts.

PRINCIPE 2. Mettre la biodiversité au cœur de la politique forestière pour faciliter l’adaptation de la gestion.

PRINCIPE 3. Mettre forêts et forestiers en capacité de répondre aux enjeux de la crise climatique.

PRINCIPE 4. Accroître l’écoute des attentes de la société, pour mieux y répondre.

PRINCIPE 5. Insérer les forêts dans l’aménagement du territoire comme infrastructure verte de l’économie.

Dans un avenir aussi incertain, les orientations que nous proposons visent à définir des politiques « sans regrets ». Elles se fondent pour cela sur une expérience de terrain éprouvée, et sur l’analyse des données scientifiques et techniques disponibles.