Actions de sensibilisation

Retour sur la demi-journée “Déchets du BTP” : de belles actions à promouvoir

Vous n'avez pas pu y participer ? Voici le retour sur cette journée !

Quatre intervenants d'horizons très différents ont permis aux participants de prendre connaissance de l'état des lieux, des problématiques et des pistes d'actions liées à cette thématique :

 

  •  Barbara Cholley, de la Région SUD-Provence-Alpes-Côte d'Azur, a présenté les chiffres issus de l'Observatoire Régional des Déchets (ORD) : chaque année, ce sont 15 millions de tonnes de déchets inertes qui sont produits dans la région sur un total de 22 millions de tonnes. D'où l'importance de bien les traiter et les valoriser ! Sur ce point, la région est bien avancée car elle atteint 69% de valorisation (quand la loi française en prévoit 70% d'ici 2020). En revanche, le département des Alpes-Maritimes doit encore progresser puisque ce taux n'atteint que 52%. Autre défi des prochaines années : capter les quasi 2 millions de tonnes de déchets inertes qui partent actuellement vers des filières illégales, voire dans la nature... Pour cela, la région joue un rôle d'animateur et d'accompagnateur via notamment des appels à projets, la création d'un "club des maîtres d'ouvrage" ou encore des groupes de travail thématiques.

 

  • Christelle Pourroy a présenté les actions de la Fédération du BTP. La fédération réalise notamment des enquêtes auprès de la profession pour connaître les besoins : actuellement, il s'agit de l'accessibilité aux points de collecte. Elle met également à disposition des outils pour les entreprises du secteur : listing des points de collecte, formations (par ex. "chantiers faibles nuisances"), de la documentation (modèles de bordereaux de suivi de déchets, etc.). Pour plus d'infos, consultez le site http://www.dechets-chantier.ffbatiment.fr/

 

  • Fabien Gaglio a donné sa vision de terrain : terrassier, il explique le manque d'exutoires des déblais dans le département. Il pense notamment que les constructions pourraient être pensées en fonction du type de sol et des déchets produits (par exemple, ne pas creuser 2 étages souterrains dans un sol argileux pour lequel peu d'exutoires existent). Possédant du matériel permettant le tri et la valorisation des déchets du bâtiment, il cherche un terrain pour exercer son activité.

 

  • Michel Oggero et Philippe Graftieaux ont présenté leur entreprise d'éco-construction, Filiater. Cette entreprise innovante s'inspire des méthodes de construction ancestrales, en utilisant les matériaux présents sur place pour la construction. Les déblais deviennent la matière première : ainsi, plus de problème de déchets ! Ils ont également présenté une technologie d'avenir qui a déjà fait ses preuves sur plusieurs projets : les briques de terres comprimées.

Le compte rendu de cette demi-journée est disponible ici. Et si vous souhaitez consulter le support de présentation des intervenants, cliquez ici !

Cette journée a été réalisée grâce au soutien de :