Communiqués / Avis

Cartographie des cours d’eau : ne pas se perdre en chemin

Nos rivières mises en grave danger par de nouvelles politiques publiques

C’est ainsi que Denez L’Hostis, président de France Nature Environnement, et Claude Roustan, président de la Fédération Nationale de la Pêche en France, interpellaient au début 2015 le Président François Hollande dans une lettre ouverte. A cette occasion le message porté est sans appel : « L’élaboration d’une carte départementale des cours d’eau est problématique, et potentiellement dangereuse. Les cours d’eau sont une réalité factuelle non négociable, mais constatable in situ, et évolutive sur le terrain. Aucune cartographie complète de ceux‐ci n’existe actuellement, les cartes IGN ne sont qu’un minimum de l’existant. Cette carte risque de n’être ni objective, ni exhaustive, et dès lors qu’il y aura une carte, tout le monde considérera que tout ruisseau, rivière, canal, non répertorié ne sera pas un cours d’eau, et échappera du coup aux prescriptions de la police de l’eau. C’est évidemment la porte ouverte à la pollution, la rectification, la suppression des bandes enherbées, bref le massacre de ce patrimoine inestimable que sont les petits cours d’eau. Cela signifiera une nouvelle vague de destruction de chevelus, ruisseaux pépinières en tête de bassin, qu’il faut au contraire impérativement protéger. »

Une réponse locale dans une urgence injustifiée

France Nature Environnement des Alpes de Haute Provence qui participe à la concertation dans le cadre de la réalisation de cette cartographie, a alerté Madame le Préfet sur les conditions et délais de réalisation de cette cartographe … alerte restée jusqu’à ce jour sans réponse.
En effet le travail engagé, dans la précipitation, il y quelques semaines et qui doit aboutir le 15 décembre ne pourra pas dans ce délai prendre en compte les spécificités et la complexité des cours d’eau des Alpes du Sud.

Pour Fabien Veyret, Vice-Président de FNE04 en charge du suivi de cette cartographie : « Ce qui se joue aujourd’hui c’est la qualité de nos cours d’eau de demain. Les écosystèmes aquatiques sont fragiles et connectés. Ne pas protéger les petits ruisseaux revient à dégrader nos rivières. »

Pour Martine Vallon, Présidente de FNE04 : « Les cours d’eau font partie de la richesse de notre département. Il est d’intérêt général de protéger ce patrimoine commun. Nos rivières sont aussi un précieux atout économique pour le tourisme et une ressource indispensable aussi bien pour les habitants du département que pour ceux qui vivent en aval ».

En conséquence FNE04 demande, en l’absence d’urgence objective d’un tel classement, la mise en place d’une première cartographie très large pour se laisser le temps de construire une cartographie détaillée partagée avec l’ensemble des acteurs, qui prendra en compte toutes les conséquences d’un tel classement.